formation-diag

La formation professionnelle : un investissement stratégique

Le marché de la formation professionnelle en France représente un marché annuel de près de 20 milliards d’euros.L’extrême diversité des offres et des formats permet de répondre à de nombreux besoins de formation auprès des entreprises.

Les principales raisons du suivi d’une formation

  • Améliorer son employabilité
  • Mettre à jour ses connaissances
  • Développer ses compétences
  • Obtenir un nouveau diplôme
  • Réorienter sa carrière (les nouvelles générations risquent de devoir changer 3 à 4 fois de métier au cours de leur carrière professionnelle)

formation-diag

Aussi pour rester compétitive, l’entreprise n’hésite pas à améliorer ses outils de production, comme ses offres commercialeset de servicesen investissant dans de nouveaux outils plus performants.

Alors pourquoi ne pas améliorer ses Ressources Humainespar la formation ?

Son intérêt est double :

  • Actualiser leurs compétences afin d’améliorer les performances de l’entreprise
  • Transformer une charge obligatoire en valeur ajoutée pour l’entreprise

Il faut considérer la formation comme un investissement stratégique au même titre que l’acquisition d’un fonds de commerce, d’une machine, d’une prise de participation financière dans une société, d’un nouveau marché, etc…

En effet, bien que la valeur de son personnel ne figure pas à l’actif du bilan de l’entreprise, il contribue pour une part importante à la valorisation de son GoodWill (savoir-faire, expérience). C’est donc bien dans l’intérêt de l’entreprise que de développer 2GALEMENT la performance de ses salariés.

Surtout que la formation est financée par une cotisation obligatoire annuelle et qui si elle n’est pas utilisée sera une charge définitive sans contrepartie.

Il s’agit non seulement de l’utiliser en totalité mais surtout à bon escient. Aussi cela se prépare en amont comme un budget prévisionnel en :

  • Calculant le prévisionnel de votre cotisation pour l’année à venir qui sera à verser avant le 1er mars auprès de son OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé)
  • Récoltant puis hiérarchisant les besoins prioritaires de formation éligibles en fonction de besoins et objectifs de développements de l’entreprise
  • Recueillant l’avis des représentants du personnel. Doivent être consultés le comité d’entreprise (CE) pour les entreprises d’au moins 50 salariés et les délégués du personnel (DP) pour les entreprises de moins de 50 salariés.

 

Rappel des conditions d’utilisation

  • Employeurs concernés : tout employeur a l’obligation de participer au financement de la formation professionnelle continue de ses salariés (CGI art 235terC).

Cette participation variera en fonction de l’effectif de l’entreprise.

  • Régime applicable à partir de 2016 :

Pour les entreprises dont l’effectif est inférieur à 10 salariés, la contribution minimale sera de 0,55% de la masse salariale versée à l’OPCA, désigné par l’accord de branche dont relève l’entreprise, avant le 1er mars.

Pour les entreprises dont l’effectif est supérieur ou égal à 10 salariés, la contribution minimale sera de 1% de la masse salariale (somme des rémunérations brutes versées aux salariés, hors rémunération en nature et cotisations patronales).

  • CDD : quel que soit l’effectif de l’entreprise, tout employeur ayant eu recours à des CDD est redevable d’une contribution de 1% sur les rémunérations brutes soumises à cotisations sociales
  • Déclaration 2483 : elle est supprimée à compter de la participation de 2015 collectée en 2016.
  • Crédit d’Impôt Formation : il est réservé à la formation des dirigeants des entreprises industrielles, commerciales, artisanales, libérales ou agricoles soumises à l’IS ou l’IR selon le régime du bénéfice réel. Ouvrent droit à ce crédit d’impôt les dépenses de formation engagées au profit du dirigeant, imputables sur la l’obligation légale de participation à la formation continue (c. trav. Art L 6313-1).

Il est égal au nombre d’heures de formation du dirigeant par le taux horaire du SMIC en vigueur soit actuellement un montant maximum de 386€ par année civile.

formation-2

Conclusion

Alors n’attendez pour préparer dès maintenant votre plan de formation stratégiquepour l’année prochaine et de la faire valider par votre OPCA.

Et surtout choisissez bien votre formateurcar il sera le vecteur de départ des performances futures de vos salariés et donc de votre entreprise par ricochet.

holidays-025

Les bonnes résolutions

Le retour des vacances d’été et la reprise du 1 er janvier, sont les deux périodes de l’année généralement propices à la prise de bonnes résolutions applicables lors des prochains mois !

Après quelques semaines de repos passées au bord de la piscine, de pratiques sportives vivifiantes pour les uns, en réunion de famille devant un bon repas festif, à faire la fête ou à danser toute la nuit pour les autres, cette fois c’est promis je vais consacrer plus de temps à faire du sport, à sa famille et surtout à prendre du repos.

Fini donc le fameux triptyque métro-boulot- dodo, le stress du boulot, de quitter son travail tard tous les soirs, de commencer plusieurs dossiers sans avoir le temps nécessaire pour les terminer mais assez pour passer pour un collaborateur impliqué aux yeux de sa hiérarchie.

Car une fois de retour des vacances, nous sommes vite rattrapés par le quotidien, nos habitudes, les clients, les contraintes, les obligations familiales, nos enfants et nos résolutions finissent par être rangées au fonds du tiroir à résolutions non réalisées.

Mais alors comment faire pour transformer nos résolutions en actes concrets et définitifs ?

Il est important de rappeler que les journées de travail difficiles et stressantes, sous toutes ses formes, sont contre-productives pour le salarié, l’encadrement et le chef d’entreprise.

Alors pour inverser cette tendance qui fait de l’entreprise la grande perdante en termes de productivité, de compétitivité, d’ambiance de travail et de résultats économiques, il faut commencer par améliorer le capital humain.

Oui j’ai bien dit CAPITAL et non pas ressources humaines qui bien qu’il n’apparaisse pas dans le bilan de l’entreprise, en fait partie sous la forme de son savoir-faire, d’innovation, d’implication, de savoir-être, de productivité, autrement dit une part importante de la valeur de son GOODWILL.

En effet, il est temps d’en finir avec les méthodes verticales de commandement et un contrôle à postériori des salariés avec pour principal objectif de les sanctionner. Il est temps que l’entreprise se mette en mode MANAGEMENT.

Ce management passe d’abord par la remise au cœur de l’entreprise de l’HUMAIN, des relations directes et participatives entre et avec les salariés, de COMMUNIQUER les uns avec les autres, jeunes, débutants, anciens, cadres, responsable de services et chef d’entreprise.

Si sa mise en pratique doit être initiée par le chef d’entreprise, elle doit être relayée par les chefs de services, les cadres et les salariés.

Car l’entreprise qui prend soin de ses salariés prendra soin de ses clients et de son marché. Et le management positif améliore naturellement toutes les performances de l’entreprise. Or pour être bien au travail le salarié a besoin de trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée, un sens à son travail.

Aussi le job du manageur du XXIème siècle est justement de favoriser cet équilibre au quotidien. Bien entendu, cet équilibre est non seulement difficile à trouver mais en plus il est précaire car il peut être remis en cause tous les jours par les évènements internes et/ou externes ; il nécessite donc une attention au quotidien. C’est la raison pour laquelle, le manageur doit apprendre à dialoguer, à expliquer les raisons de ses choix, à écouter les suggestions comme les besoins des salariés : en deux mots COMMUNIQUER et surtout en mettant son EGO de côté car « qui domine les autres est fort mais qui domine soi-même est puissant ». Cette fonction doit dorénavant faire partie intégrante de sa feuille de route ou de sa fiche de poste.

A contrario, ce management ne veut pas dire pour autant qu’il faille tout accepter sans rien dire ; il ne faudra pas hésiter à dire NON tout en expliquant les raisons. Il s’agira d’adapter son management en fonction des circonstances et de la situation du moment.

Vous doutez encore de son efficacité ?

Alors je vous invite à étudier la société John LEWIS (Angleterre) dont les performances économiques ne cessent de progresser à l’instar de ses concurrents et même en période de crise économique.

resultats-distributeurs

Il est vrai que ce management doit faire partie de l’ADN de l’entreprise ou à défaut d’une volonté de sa mise en place par le chef d’entreprise sous peine d’un échec quasi assuré si cette demande ne vient que des salariés (ce qui est souvent le cas).

C’est d’autant plus important qu’arrive aujourd’hui sur le marché du travail la génération Y pour qui ce mode de fonctionnement est naturel ; car toute autre forme de management déclenchera chez elle un départ rapide de l’entreprise. Pour se retrouver au chômage ! Même pas peur. Elle vit avec cette réalité depuis des années.

Les entreprises ne pourront pas garder leurs talents si elles n’évoluent pas dans ce sens.

Alors préparez-vous y dès maintenant afin d’éviter de vous faire prendre en défaut. N’est-il pas vrai que gouverner c’est prévoir ?

Et pour vous simplifier sa gestion, vous pouvez confier cette mission à un intervenant extérieur qui aura le double avantage :

  • D’être expérimenté sur ce sujet
  • De ne pas avoir de parti pris avec le personnel

Car dans le cas contraire, bon nombre de salariés développeront des astuces pour simuler un travail assidu nécessitant bien plus que les heures normalement requises pour le réaliser. Et ce au nez et à la barbe de leurs manageurs souvent incapables de les repérer.

Ainsi pendant que son personnel se consacrera pleinement à son travail (il ne faut pas non plus croire que tous les salariés sont des tirs au flanc), le chef d’entreprise pourra consacrer l’essentiel de votre son énergie à préparer le développement de son entreprise et à affronter les éléments extérieurs comme les marchés, la concurrence, etc.

Enfin, il vous faudra considérer cette démarche non pas comme une charge mais comme un investissement qui doit rapporter à l’entreprise. Diriez-vous NON à un investissement de 10 qui vous rapporterai 100 ?

Enfin, n’oubliez pas d’intégrer le facteur TEMPS dans votre réflexion car le changement prend un minimum de temps incompressible avant de produire les résultats attendus.

Alors seulement vous pourrez compter sur votre EQUIPE pour réaliser votre objectif qui est de développer et pérenniser votre entreprise dans un environnement positif et constructif. Car « s’il faut des champions pour gagner un match, il faut une équipe pour gagner un championnat ». Et même si tout le monde n’est pas toujours très bon, l’important est que tout le monde soit utile.

Le plaisir partagé précède la performance.

Alors très bonnes résolutions à tous.

diagnostic-general

Diagnostic Général

Il vaut mieux avoir raison à plusieurs que d’avoir tort tout seul

OBJECTIF

ESD

Passer au scan les performances passées et présentes de votre entreprise afin d’identifier les potentiels de développements de vos activités, services et organisation interne ou les zones de risques potentielles.

METHODOLOGIE

  1. Prise de connaissance de votre entreprise et de son activité
  2. Examen financier – fonctionnel et opérationnel
  3. Restitution de l’analyse
  4. Recommandations
  5. Accompagnement de la mise en place des recommandations
  6. Ajustement des mises en place des recommandations

PRE-REQUIS

Les recommandations peuvent déboucher sur la proposition d’autres modules.

METHODE

pédagogique

  • Travail collaboratif avec le service Comptabilité – Gestion
  • Echange avec les opérationnels
  • Visite de sites opérationnels et bureaux

BESOINS

préalables

  • Organigramme
  • Documents financiers sur les 5 dernières années
  • Plaquette entreprise + activités

Durée & Coûts

  • En fonction de la demande et de la taille de l’entreprise
  • durée minimum 1 jour

Demandez votre Diagnostic d’entreprise !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message